Partageons la passion du théâtre - Cours de théâtre à AnnecyThierry Mousseau
Mes spectacles > Montserrat 2011

Montserrat 2011

Année 2010 2011

MONTSERRAT d'Emmanuel Roblès

Il y a quelques années en arrière, quand j'ai commencé à lire cette pièce, je n'ai pas pu poser le livre et je l'ai dévoré d'un seul trait...

L'importance d'un beau texte est la première condition pour le succès d'une pièce, il reste ensuite seulement si j'ose dire.. à se mettre au travail et à servir l'auteur avec une grande humilité!

Une fois de plus, je propose à quelques comédiens de mon école une nouvelle aventure artistique, dans un travail amateur au sens noble du terme.

Depuis sa création en 1948, cette pièce, dont Albert Camus disait : " Elle ne doit rien à aucune école ou à aucune mode et pourtant elle s'accorde à la terrible cruauté du temps sans cesser de se référer à une pitié vieille comme le coeur humain ", n'a jamais cessé d'être jouée dans quelque partie du monde. Elle a été adaptée en plus de vingt langues..


 

Juillet 1812.

Montserrat, officier espagnol, prend le parti des révolutionnaires vénézuéliens, horrifié par les traitements que font subir ses compatriotes aux indigènes.

Alors que les Espagnols comptent aller arrêter Bolivar, le chef des révolutionnaires vénézuéliens, Montserrat le prévient et Bolivar parvient ainsi à s'échapper.

Les Espagnols, sous le commandement du général Izquierdo, conscients du fait que c'est Montserrat qui a prévenu Bolivar de leur arrivée, le font emprisonner. Avant de l'exécuter ils tentent de lui faire dire où se cache Bolivar en capturant six otages innocents, pris au hasard et en menaçant de les exécuter s'il ne disait pas où se cachait Bolivar.

Enfermé avec les six innocents, chacun va tenter de le convaincre d'avouer, soit en le culpabilisant(enfants à nourrir, nourrissons abandonnés à leur sort,...), soit en lui expliquant que Bolívar peut mourir, même sans être attrapé, puisque celui-ci est malade, et qu'alors, leurs morts ne serviraient à rien.

Montserrat est alors confronté à un dilemme tragique : choisir entre se taire (et ainsi condamner six otages innocents) ou bien parler (et ainsi compromettre la révolution vénézuélienne).

?????

 

 

 

 

Critique du Dauphiné du 10 novembre une Première époustouflante

Dans la salle, ce 7 novembre pour la Générale c’est l’émoi et le frisson. Le public du théâtre de l’Echange assiste à «Montserrat» de Roblès revisité par Thierry Mousseau et servi à la perfection par lui et ses comédiens. « Une kyrielle d’émotions poignantes », « Un spectacle d’une grande intensité dramatique », selon les dires des spectateurs transportés par la qualité d’interprétation de toute la troupe d’artistes pour cette Première époustouflante.

Une musique qui colle à la peau sur des actions plus vraie que nature, des tirades qui plongent scène par scène le public dans les affres de l’Histoire de la guerre sud-américaine, de la fuite de Bolivar à la trahison de certains et au courage des autres notamment des otages sacrifiés, de la rage du cruel Izquierdo, de la souffrance du jeune officier Montserrat qui lutte pour l’indépendance du peuple Vénézuélien…                                                      

Thierry Mousseau est transcendant dans la peau d’Izquierdo et sa troupe de comédiens lui rend à merveille la passion de jouer qu’il leur a transmis et qui monte depuis la scène et emporte les spectateurs qui ne relâchent pas une seule seconde ni leur attention ni leur regard. Tout est là pour nous rendre captif, les personnages hauts en couleur… «Les effets sonores, les temps de silence, les échanges physiques, la sauvagerie d’Izquierdo, le désarroi de Montserrat,le bruit des douilles sur le sol nous saisissent au corps » ajoute même une spectatrice. Une pièce magnifique à voir durant tout le mois de novembre.

 

Article du Dauphiné du 1er décembre

Théâtre
« Montserrat », choisir en son âme et conscience

Dimanche soir au théâtre de l’Echange, l’acteur et professeur annécien Thierry Mousseau et ses élèves ont achevé leur formidable marathon du mois de novembre avec pas moins de dix représentations de la très exigeante pièce d’Emmanuel Noblès : « Montserrat ». Cette puissante tragédie, crée en 1948 et adaptée en plus d’une vingtaine de langue, met en scène un officier de l’armée espagnole dans les années 1812 confronté à un terrible dilemme : livrer le chef rebelle Bolivar porteur de son idéal révolutionnaire ou bien sacrifier six innocents, capturés au hasard par le sanguinaire général Izquierdo, qui doivent le convaincre de révéler l’endroit où se cache son ami sous peine d’être exécutés. Pendant près de deux heures, les élèves comédiens – déjà impressionnants de maîtrise - nous entraînent avec beaucoup de fougue et de justesse dans cette situation d’une extrême cruauté où se mêlent colère et tendresse, individualisme forcené et solidarité. Généreux dans l’effort –y compris physique- que requiert ce très beau texte, tous les acteurs nous livrent au final une exceptionnelle performance théâtrale. Pour en savoir plus sur les prochaines représentations ou sur la compagnie Thierry Mousseau : www.theatre-annecy.fr ou tel : 06.18.00.42.40
J.P.L

 


" Bonjour M.Mousseau, je suis vos pièces depuis de nombreuses années. j'ai assisté ce samedi 21 novembre à la représentation de Montserrat. Ce fut un pur moment de bonheur théâtral. Vos comédiens et vous même étiez les personnages, et nous avons assisté le coeur étreint au dilemne posé. Toutes mes félicitations pour cette pièce merveilleuse et votre parfaite interprètation, je ne manquerai pas de parler autour de moi de cette pièce qu'il faut absolument voir...." Marie Claire

 


"Bravo à toute la troupe, Montserrat nous a fait vivre un temps magnifique de théâtre.l' âme humaine, le plus grand théâtre de l'humanité..." Isabelle







Plus d'info ? Contactez-moi
Ecole de Théâtre Thierry Mousseau - 9 r Louis Armand 74000 ANNECY - 04 50 77 72 45 - 06 18 00 42 40 - Cont@ct